Premiers Pas : Satisfait ou remboursé !

Quand j’avais lancé ma foire aux questions sur Twitter, j’avais eu des questions sur la permanence du tatouage, sur les potentiels regrets et sur les moyens de recours face à un tatouage raté. Que se passe-t-il si on est insatisfait du résultat à la sortie du studio? Ou si on en arrive un an, deux ans, dix ans après à regretter une pièce? Comment conjugue-t-on tatouage et regrets, tatouage et ratés?

Jonny Lee Miller - Shirt

Va te rhabiller Jonny, on parle de choses sérieuses ici.

C’est à toutes ces questions que je vais (tenter de) vous répondre, sans oublier toutes les bonnes recommandations pour éviter, dans la mesure du possible et du grandement souhaitable, à y recourir. Le tout, comme vous pouvez le constater, avec l’assistance précieuse de Jonny Lee Miller – il n’y a pas que les petits pugs dans la vie. Avant de se poser la question de savoir si on peut enlever un tatouage, il peut être bon de comprendre comment ceux-ci fonctionnent. Pourquoi l’encre s’installe et reste sous notre peau, en dessins si précis, quand le corps est toujours sujet à variations et à changements? Pour cela je vous recommande la vidéo ci-dessous, en anglais sous-titrée anglais. Et pour les récalcitrants à la langue de Shakespeare, une version en VOSTFR existe sur Dailymotion (merci Ondori pour le lien!).

Quand c’est fait, c’est fait : une fois que l’aiguille pénètre votre épiderme pour y laisser une dose d’encre, ladite dose y restera à peu près pour toujours. Malheureusement, cela n’immunise pas contre l’erreur, les doutes et les regrets, aussi quels sont vos recours devant ceux-ci?


Responsabilité du tatoueur et recours légal

Les grands mots sont de sortie : quel est le statut du tatouage, et qu’est-ce qu’il se passe légalement si vous sortez du studio, dépité·e du résultat qu’on vous a encré dans la peau? La réponse elle, est un peu moins pompeuse, parce que concrètement il ne se passe : rien. unfortunate Il faut savoir que le tatouage est un espace de non-droit, légalement, en France. A part les quelques législations sur l’exercice du métier et qui n’incluent que des exigences d’hygiène, il n’y a aucun encadrement de la profession, ni de la pratique. Concrètement cela signifie que n’importe qui peut se déclarer tatoueur·se, d’où l’importance et le principe fondamental et sans cesse répété de ne pas pousser la porte d’un shop au hasard ! Cela signifie également qu’il n’y a pas de contrat qui lie læ tatoueur·se au/à la tatoué·e: pas de devis, pas de descriptions du projet (sauf si vous avez échangé des mails) ou d’obligation de résultats… Tout est propice au flou et les accords passés sont souvent oraux ou tacites. Il n’y a donc aucun intérêt à chercher du côté des assurances et des recours légaux un moyen de vous protéger contre un tatouage raté: la route est aussi chaotique que ardue.
Préférez la prudence et allez lire mes recommandations (en fin d’article) pour avoir toutes les cartes en main lors de la préparation et lors du jour J. think fast Et pour celleux qui ont déjà commis l’irréparable, comme pour celleux qui pensent peut-être un jour le commettre, je vais quand même prendre le temps de me pencher sur les moyens de remédier à une encre malencontreuse et indésirable.


 Comment faire disparaitre un tatouage?

Comme beaucoup d’entre vous en ont surement entendu parler, une crème révolutionnaire est à l’étude actuellement : elle permettrait de faire disparaitre les tatouages en accélérerant le processus qui fait que les particules colorées sont « cassées » puis absorbées par notre système immunitaire… Si j’ai bien compris… LA SCIENCE. Mais, ladite crème n’est pas encore prouvée efficace, validée, homologuée, son absence d’effet secondaire n’a pas été certifié, et elle doit encore être commercialisée. Aussi, avant qu’elle ne rende cet article complètement obsolète, passons à la suite. smallest violin

Laser

Facile, me direz-vous : je peux enlever l’indigne tatouage au laser ! Facile. Sauf qu’il s’agit d’une procédure coûteuse et douloureuse, qui agresse votre pauvre épiderme. Bien que popularisée par les déboires hollywoodiens, l’option du laser ne doit donc pas être prise à la légère.

• Le laser n’est pas aussi efficace sur toutes les nuances ou type d’encres, les tatouages monochromes et sombres (noirs et bleus) étant ceux qui répondent le mieux. • Le processus fonctionne beaucoup mieux sur les peaux claires (à faible mélanine). • Les tatouages professionnels sont plus difficiles à enlever que les tatouages amateurs, fait au handpoke ou avec de l’encre de chine ou du charbon. • Le laser est un processus douloureux, plus que l’acte du tatouage, et nécessite une période de cicatrisation entre chaque séance. • Plusieurs séances sont nécessaires, chacune allant de 80 à 300€ environ.

internally screaming Pour toutes ces raisons, le choix du laser ne devrait être fait que dans les situations où toutes les autres possibilités ont été épuisées. Si toutefois vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter cet article complet sur les modalités du détatouage.

Cover-up

 » Si vous regrettez votre tatouage, faites-en un autre !  » pourrait être le slogan du cover-up, ou recouvrement. Cette solution est viable dans les cas où le regret est celui du motif, vieux, amateur ou mal placé, et non de l’acte du tatouage lui-même. Elle reste la méthode la plus efficace pour faire disparaitre un tatouage devenu douteux ou obsolète avec le temps. Vous en avez marre de voir ce Mickey tatoué sur votre fesse gauche un soir de cuite ? Vous pouvez toujours choisir de le transformer en une belle gueule de panthère traditionnelle ! (laughà Ceci est une inside-joke que je vais vous expliquer, parce qu’elle permet de soulever un point essentiel de la démarche du recouvrement : la tête de panthère est communément utilisée pour recouvrir les anciens tatouages parce que c’est une pièce dense fait d’aplats de noirs. Toute la subtilité d’un recouvrement – car ce n’est pas une technique facile ou évidente – est d’accorder la dynamique du nouveau design à celui de l’ancien afin que rien ne transparaisse, et que les couleurs soient plus sombres, plus denses, sur les parties concernées. Tous les tatouages ne sont donc pas recouvrables, et le choix du nouveau motif est fortement influencé par les exigences de l’exercice.
Il ne s’agit donc pas toujours de la solution idéale à tous les regrets, mais c’est une pratique courante dans le monde du tatouage. Et relativement nombreux sont les tatoué·e·s, qui souhaitent revenir sur les choix de jeunesse de leurs premières pièces et expériences avec l’encre !

Make-up

Solution la moins radicale et la plus oubliée, je voulais cependant mentionner le maquillage dans les méthodes pour faire disparaitre un tatouage. Bien sur, il ne s’agit pas ici d’une solution sur le long terme mais plutôt d’une astuce dans le cas d’un embarassement temporaire : réunion de famille, entretien d’embauche ou un tournage par exemple.

cynism and despair

Oui Jonny, mais à temps difficiles, tristes mesures.

On le sait bien, c’est dans les heures les plus sombres que les cosmétiques répondent à l’appel. Rappelez vous Lisbeth Salander dans Millenium ou bien encore Ruby Rose dans son clip Break Free : un fond de teint professionnel vous rendra votre peau de bébé – au moins pour quelques heures. Des produits spécialisés, très recouvrants, existent, mais aussi des tutoriels pour expliquer comment obtenir le même rendu à partir de produits de maquillage quotidien : faites vos jeux !


Les précautions pour éviter les déceptions

Last but not least, il me paraissait plus qu’important dans cet article de rappeler les quelques principes pour faire en sorte de ne pas regretter son tatouage. (fingers crossed) Prudence étant mère de sureté, prendre toutes ses précautions pour avoir une pièce à la hauteur de nos attentes et de notre argent est quand même la première chose à faire, quand il s’agit de se mettre de l’encre sous l’épiderme.

Le choix de l'artiste

Si bien tatouer est la responsabilité de l’artiste, bien choisir son tatoueur est celle du (futur) tatoué ! Car qui mieux que vous sait ce que vous aimez et ce que vous attendez? On ne se fie pas aux books qui ne proposent que des idéogrammes chinois, on fouille l’internet, on demande à voir des pièces cicatrisées dans la mesure du possible, on fait jouer les réseaux sociaux au besoin, et l’on consulte l’article de Ondori sur Inkage pour savoir comment on reconnait un bon tatouage (et donc un·e bon·ne tatoueur·se). Et le jour où vous poussez la porte d’un studio, ne tombez pas dans le piège du rendez-vous trop vite pris : prenez la peine du doute, celle d’aller voir plusieurs shops et artistes si vous n’êtes pas entièrement satisfait·e ou sûr·e de celui que vous aviez premièrement choisi.

Jonny a enfin trouvé l’artiste de ses rêves !

N’oubliez pas, cependant, que pour qu’un·e artiste travaille sur votre future pièce, et pour toute prise de rendez-vous, une avance d’une cinquantaine d’euros minimum (la somme étant ensuite proportionnelle au travail nécessaire) vous sera demandée !

Le choix du motif

On peut choisir le bon artiste, attendre le bon moment, l’alignement favorable des planètes et invoquer Satan… Et puis on finit par regretter le dessin, le tatouage lui-même. J’ai envie de dire : c’est le jeu ma pauvre Lucette ! Parce que ce qu’il se passe dans votre tête, vos choix et votre prise de décision, il n’y a que vous qui savez, que vous qui pouvez le faire. smarter than anyone Je ne suis pas dans l’injonction et je me refuse à établir des règles sur les motifs que l’on regrette (le nom de ton amoureux du lycée) ou non (la date de naissance de ta grand-mère). Il est tout aussi possible de ne jamais pleurer un tatouage que l’on a fait pour un·e ex·e, mais de se mordre les doigts de cette magnifique pièce pour laquelle on a attendu six mois, et qui soudain ne nous parle plus. Vous n’aurez donc pas de liste de choses à (ne pas) faire, mais si vous cherchez quelques conseils sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous pour réaliser le design de votre tatouage, je vous invite cordialement à consulter mes pro-tips sur le sujet.

La voix de l'artiste et le choix du client

Cette dernière partie risque d’être relativement contradictoire, puisque je vais vous conseiller dans le même temps d’écouter l’artiste, mais de pourtant ne jamais céder sur les choses qui vous sont essentielles. Get ready. (ummmpf) plz bitch Ecouter l’avis de l’artiste est primordial, que ce soit en terme de rendu artistique ou d’exigences techniques. A moins d’avoir vous-même une grande expérience du tatouage, le tatoueur ou la tatoueuse en saura généralement bien plus que vous sur ce qui rendra bien après cicatrisation, ce qui tiendra avec le temps et ce qui s’adaptera à votre morphologie. Ceci étant dit, faire entendre sa voix est cependant nécessaire. Cernez bien vos attentes, ce qui importe réellement dans le motif que vous avez choisi, ce qui est facultatif, et restez ouvert aux potentielles améliorations. Mais quelle que soit la situation, il ne faut jamais passer sous l’aiguille sans avoir une bonne dose de certitude quant à la décision qu’on a pris, et l’acte que l’on effectue. Pour cela, il est nécessaire de prendre le temps de bien regarder le design que l’on découvre souvent le jour même, de demander des explications, poser des questions, demander des changements si besoin. Si l’artiste en face de vous refuse de vous écouter, ou refuse sans discussion ni explications vos demandes, c’est probablement que ce n’est pas la bonne personne pour vous tatouer. Et si votre demande est de tatouer l’ensemble de la carte du monde en 5cm par 5cm sur les côtes, c’est probablement que vous n’êtes pas la bonne personne à tatouer *wink wink* i am not listenning Une fois le design réalisé et validé, c’est le moment de la pose du stencilil ne faut pas hésiter à faire reposer le stencil plusieurs fois si le rendu n’est pas satisfaisant, tout en prenant en compte les conseils du tatoueur sur la faisabilité et les changements liés aux mouvements et dynamiques du corps. Si jamais il demeure des doutes sur le choix de l’emplacement, il est encore temps d’aller demander conseil aux petits pugs.

en conclusion

Rappelez-vous toujours que les tatoueurs sont des artisans et des artistes : ils ont voix au chapitre dans la pièce qu’ils vont créer, et sont libres de refuser de tatouer une pièce qui ne leur convient pas. Mais vous êtes également libres d’aller voir ailleurs. Le tatouage est un processus de création qui se fait dans le dialogue entre tatoueur·se et tatoué·e. Il est donc nécessaire prendre le temps de la réflexion et celui de l’écoute, de considérer la relation comme un échange, plus que comme une transaction… Et faire de l’acte du tatouage un souvenir aussi impérissable que l’encre qui s’incruste dans votre épiderme !


J’espère que cet article vous a apporté quelques informations utiles et débuts de réflexion sur ce sujet intéressant certes, mais aussi personnel et intime, qu’est le choix du tatouage et la sensible question de la gestion des regrets.

(yeeeeep)

Jonny à l’air d’y avoir trouvé son compte.

 Si tu as déjà effacé ou recouvert l'un de tes tatouages, que tu as des questions ou compléments d'information: viens en parler en commentaire !
Publicités

2 réflexions sur “Premiers Pas : Satisfait ou remboursé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s