Best of Instagram : Korea’s got talent (1)

Capture d’écran 2016-01-17 à 17.13.44

J’étais en train d’écumer les hashtags d’Instagram pour vous trouver de chouettes découvertes à vous partager sur la page Facebook les prochains mois quand je suis tombée sur un artiste coréen dont le talent m’a coupé le souffle. J’ai longtemps été le nez plongé dans la pop culture coréenne, mais je n’avais jamais eu l’occasion de m’intéresser au tatouage : qui est très réglementé et socialement encore peu accepté dans la société coréenne.
Mais voilà, ma curiosité était piquée, et j’ai passé quelques heures à découvrir de nouveaux et nouvelles tatoueur·se·s qui valent largement la peine que l’on s’arrête le temps d’un article pour découvrir leur travail.
Lire la suite

Portrait : Bastartz, le souci du détail

bastartz 17
Ca faisait un moment que je voulais vous présenter ce style de tatouage, qui exploite de nombreux éléments graphiques qui ont la côte auprès des tatoué·e·s ces temps-ci : aspects géométriques, éléments ornementaux, mandala ou encore dotwork.
Ca a donc été un coup de coeur que de tomber sur le travail de Bastartz, qui officie dans son propre studio – Bastartz Tatoo – à Nantes.

Lire la suite

Technique : le dotwork, au point compté

© Susanne König

Tatouage par © Susanne König

Quand on met les pieds dans le monde du tatouage, on est souvent assaillis de termes dont il est parfois difficile de comprendre le sens exact. A force de les entendre et de fouiller, on finit par un peu mieux appréhender ces bêtes étranges, qui définissent les styles, les écoles, les techniques de tatouages. Bien qu’il ne soit pas spécifique au monde du tatouage, le terme dotwork fait partie de ces mots que j’ai rencontré à mes premières heures, et dont j’ai découvert l’application concrète au fur et à mesure, d’artiste en tatouages.

Lire la suite

Do or Don’t : Handpoke et Stick and Poke, retour aux sources

Un hand poked tattoo, c’est à dire, un tatouage réalisé avec la technique dite du handpoke est un tatouage réalisé sans machine électrique, mais à l’aide d’une simple aiguille trempée dans de l’encre. Je résume : une tige finie d’une ou plusieurs aiguilles, et le seul talent du tatoueur (professionnel ou amateur) pour contrôler la force, la profondeur et la rapidité du mouvement. Adieu machine et dynamo, le handpoke est donc un retour à un tatouage plus traditionnel.

Outils traditonnels

Différents outils traditionnels de tatouage.

Il existe deux genres de tatouages qui utilisent la technique du handpoke : celui effectué dans le cadre d’une tradition et une culture où le hand poked tattoo est la règle et l’usage, et celui réalisé dans les sociétés occidentales de manière amateure ou professionnelle mais sans racines culturelles et rituelles particulières.

Le premier est loin de manquer d’intérêt mais je suis tout aussi loin de maîtriser le sujet. C’est donc sur le second, plus sujet à nous concerner, que je vais m’attarder dans cet article.

Lire la suite