Do or Don’t : Matching Tattoos

Matching Tattoo - Marie Damn

©Marie Damn

Les tatouages, c’est comme beaucoup de choses, tout le monde a un avis à donner sur les différentes pratiques et les choix qui sont fait par les tatoué·e·s. Et le matching tattoo, c’est à dire un tatouage partagé par deux personnes (ou plus) n’échappent pas à la règle. Plus encore que d’usage, la litanie des regrets et des risques que comportent un tel choix se fait entendre quand le sujet est abordé.
Il y a débat face au projet de s’encrer dans la peau quelque chose qui nous lie à un·e autre, surtout dans une société ou l’idée du tatouage rime souvent avec mais est-ce que tu ne vas pas le regretter dans vingt ans?.

Cependant, des matching tattoos il y en a à peu près autant que de tatoué-e-s qui choisissent d’en faire. Entre amoureux·ses, entre ami·e·s, identiques ou complémentaires, explicites ou inside jokes… Les variantes sont finalement multiples et il serait dommage de croire que la démarche se cantonne à se tatouer le nom de sa dulcinée sur le biceps gauche, et inversement.

Lire la suite

Premier Pas : Prendre soin de son tatouage, les essentiels

Vous venez de passer quelques minutes ou quelques heures à vous faire planter des aiguilles dans la peau. Ca gonfle, ça saigne, c’est un peu rouge et souvent douloureux. Vous sortez de chez votre tatoueur·se avec le jambonneau entortillé dans du film transparent et à ce stade vous vous dites surement qu’il va falloir faire quelque chose pour votre pauvre épiderme.

Cristina - pas possible

En effet Cristina, et le tatouage, c’est pour la vie, alors c’est un peu comme les enfants, il faut s’en occuper pour qu’ils grandissent beaux et en bonne santé.
Il faut dire aussi, que ça commence par une blessure, et que ça vit pour toujours dans votre peau – il faut donc apporter des soins à  la cicatrisation mais également au quotidien, pour que votre encre vieillisse avec grâce. Ou pas d’ailleurs, mais si vous le souhaitez continuez à lire, vous allez voir c’est chouette !

Lire la suite

Technique : le dotwork, au point compté

© Susanne König

Tatouage par © Susanne König

Quand on met les pieds dans le monde du tatouage, on est souvent assaillis de termes dont il est parfois difficile de comprendre le sens exact. A force de les entendre et de fouiller, on finit par un peu mieux appréhender ces bêtes étranges, qui définissent les styles, les écoles, les techniques de tatouages. Bien qu’il ne soit pas spécifique au monde du tatouage, le terme dotwork fait partie de ces mots que j’ai rencontré à mes premières heures, et dont j’ai découvert l’application concrète au fur et à mesure, d’artiste en tatouages.

Lire la suite

Best of Instagram : des couleurs dans ta rétine (2)

Adam Kremer IG

Avant de commencer à vous éclater la rétine de tatouages plus colorés et épatants les uns que les autres, il me parait important de rappeler que je ne suis pas sponsorisée par qui que ce soit *wink wink*. Si je me suis lancée dans ce « Best Of » d‘Instagram, qui semble décidé à devenir une récurrence mensuelle sur ce blog, c’est tout simplement une excuse pour vous présenter des artistes variés, qu’iels soient de France ou d’ailleurs.
Ayant choisi de centrer mes portraits sur des artistes accessibles géographiquement, je me limite nécessairement. Aussi ces petites escapades au pays d’Instagram ne sont que l’occasion d’agrandir les horizons, et de découvrir des talents au bout du monde.

Mais assez discuté, il est temps de retrouver les talents colorés, parce qu’à se limiter à cinq artistes par Best-Of je n’avais pas assez d’un article pour vous parler de toutes les pépites croisées en chemin !

Lire la suite

Do or Don’t : Handpoke et Stick and Poke, retour aux sources

Un hand poked tattoo, c’est à dire, un tatouage réalisé avec la technique dite du handpoke est un tatouage réalisé sans machine électrique, mais à l’aide d’une simple aiguille trempée dans de l’encre. Je résume : une tige finie d’une ou plusieurs aiguilles, et le seul talent du tatoueur (professionnel ou amateur) pour contrôler la force, la profondeur et la rapidité du mouvement. Adieu machine et dynamo, le handpoke est donc un retour à un tatouage plus traditionnel.

Outils traditonnels

Différents outils traditionnels de tatouage.

Il existe deux genres de tatouages qui utilisent la technique du handpoke : celui effectué dans le cadre d’une tradition et une culture où le hand poked tattoo est la règle et l’usage, et celui réalisé dans les sociétés occidentales de manière amateure ou professionnelle mais sans racines culturelles et rituelles particulières.

Le premier est loin de manquer d’intérêt mais je suis tout aussi loin de maîtriser le sujet. C’est donc sur le second, plus sujet à nous concerner, que je vais m’attarder dans cet article.

Lire la suite

Portrait : Capitaine Plum’, une pépite de talent

© Capitaine Plum

Ca fait bien longtemps que j’ai envie de vous parler de Capitaine Plum’. Aux premières heures de ce blog déjà, je la mentionnais, parce que je savais : il était inévitable que je la porte aux nues un jour ou l’autre tellement ses pièces et son travail parlent à mon petit coeur de tatouée.
Ce n’est pas par la technique ou les effets de style que la jeune femme emportera votre coeur, mais pour son coup de crayon, son originalité et ses tatouages reconnaissables entre mille.

Lire la suite

Portrait : Guillaume Smash, des éclats de couleurs

© Guillaume Smash

En mauvaise blogueuse que je suis, c’est la veille au soir que je me suis mise à chercher un·e artiste pour le portrait de la semaine. Non pas que je n’ai pas des listes de tatoueur·se·s cool dans la manche, mais ce n’était pas d’elleux dont j’avais envie de parler cette fois-ci.
Heureusement, un appel à l’aide sur Twitter plus tard, Super Pauline d’Un Invincible Été (allez checker son blog, c’est plein d’air frais et de bienveillance) m’a orienté vers l’Imaginarium, un studio du sud de la France et j’ai tout de suite su que c’était ce que j’attendais !

[TW] Pour les myrmécophobes / entemophobes : un des tatouages de cet article est une fourmi imposante (silhouette noire) – pour ceux sans phobie, ledit tatouage est joli n’ayez pas peur.

Lire la suite

Do or Don’t : Un dauphin au creux de tes reins?

Lea DeLaria 01

Dans le tatouage, comme en tout, il y a des modes. Que l’on peut, si on veut éviter les gros mots qui tachent et fâchent, appeler tendances. C’est humain, ça a toujours fonctionné ainsi : les idées circulent, séduisent, on est influencé qu’on le sache ou non, que l’on ne l’accepte ou non. Les tatoueurs et tatoueuses eux-même, dans leurs pratiques et leurs choix techniques et artistiques, véhiculent des styles, motifs, techniques, qui sont plus ou moins populaires, plus ou moins élitistes, plus ou moins validés dans différents cercles sociaux.
Alors bien sur, la nature du tatouage et son aspect irréversible appelle à dépasser – autant que faire se peut – les simples tendances pour trouver ce qu’il nous plait réellement et qu’on sera prêt à porter toute notre vie.

Car l’idée de mode et de mainstream nous fait frémir et l’acte d’encrer sa peau reste perçu comme une décision radicale, unique, personnelle et artistique. A l’inverse des personnes qui osent choisir parmi une planche d’idéogrammes écrits avec les pieds, ou celles qui préfèrent un signe infini sur le poignet, un dauphin sur la cheville, et que l’on accuse de jeter l’opprobre sur l’ensemble de la pratique du tatouage, en la rendant anecdotique et superficielle.

Mais est-ce si simple que ça (indice : non), est-ce qu’on peut arbitrairement trancher entre les tatoué·e·s de bon goût et les autres? Sur quoi reposent nos critères et nos jugements?

Lire la suite

Portrait : Rion, le trait sûr

© Rion

Voilà un moment que je voulais vous présenter le travail de Rion, que vous avez peut-être déjà croisé si vous avez été faire un tour sur la page Facebook du shop « Chez Mémé » suite à mon article sur Armelle Stb.
Si elles officient sous le même toit, le style des deux tatoueuses est cependant bien différent, et là ou Armelle préfère le noir, Rion n’hésite pas à jouer de la couleur.

Lire la suite