Portrait : Johnny Gloom, romantisme noir

© Johnny Gloom

En ce début d’année 2016, je me fais grandement plaisir en me laissant aller à parler de mes petits coups de coeurs personnels. C’est sur Instagram que Johnny Gloom m’a tapé dans l’oeil il y a quelques mois maintenant.

Des silhouettes de femmes fatales et un romantisme noir pour cette tatoueuse on the road, qui officie notamment à Paris et à Londres.

Lire la suite

Publicités

Portrait : Mo, tout en délicatesse

© Mo

Je vous avais déjà parlé de Mo dans un article Gueule de Tatoué·e, mais je ne résiste pas à l’envie de lui faire un portrait rien que pour elle tellement ses pièces sont fines, et belles à croquer !

C’est une artiste versatile et talentueuse que j’ai découvert grâce à Coralie, des découvertes comme on aimerait bien en faire plus souvent ; et je crains d’arriver à court d’adjectifs élogieux avant la fin de cet article !

Lire la suite

Premier Pas : Que mettre dans un mail à un·e tatoueur·se?

Ca y’est, vous êtes décidés à passer le pas, mais l’artiste que vous avez choisi n’habite pas à deux pas, n’a pas eu le temps de vous voir la dernière fois que vous êtes passé au shop ou encore tient un studio privé, quoi qu’il en soit vous êtes maintenant devant l’épreuve ultime : envoyer un mail !
De vous à moi, soyons honnêtes : on a tous eu ce moment de vide dans l’écran blanc, lorsqu’il a fallu mettre par écrit un projet de tatouage. Par où commencer? Quoi dire?

ayoade - help me
On m’avait posé la question sur Ask il y a quelques temps, et je souhaitais y répondre de nouveau ici.

Lire la suite

Portrait : Paupiette, de la pop-culture sous ta peau

© Paupiette

Je vous avais déjà parlé de Paupiette, ou plutôt l’avais-je évoqué dans mon premier Best-Of Instagram  » Tatoueuse de Talent » (mais je sais que vous ne les lisez pas, ces fichus Best-Of petits sacripans!).

Ce que j’aime, chez Paupiette, c’est avant tout un style qui n’est nullement empêtré des styles traditionnels du tatouage (que j’affectionne par ailleurs, comme vous le savez). Mais quand on voit les réalisations de la tatoueuse, il est assez évident que ce sont des illustrations abreuvées de ses influences graphiques qu’elle encre dans la peau de ses client·e·s.

Lire la suite

Best of Instagram : des couleurs dans ta rétine (2)

Adam Kremer IG

Avant de commencer à vous éclater la rétine de tatouages plus colorés et épatants les uns que les autres, il me parait important de rappeler que je ne suis pas sponsorisée par qui que ce soit *wink wink*. Si je me suis lancée dans ce « Best Of » d‘Instagram, qui semble décidé à devenir une récurrence mensuelle sur ce blog, c’est tout simplement une excuse pour vous présenter des artistes variés, qu’iels soient de France ou d’ailleurs.
Ayant choisi de centrer mes portraits sur des artistes accessibles géographiquement, je me limite nécessairement. Aussi ces petites escapades au pays d’Instagram ne sont que l’occasion d’agrandir les horizons, et de découvrir des talents au bout du monde.

Mais assez discuté, il est temps de retrouver les talents colorés, parce qu’à se limiter à cinq artistes par Best-Of je n’avais pas assez d’un article pour vous parler de toutes les pépites croisées en chemin !

Lire la suite

Portrait : Kim-Anh Nguyen, le néo-traditionnel revisité

© Kim-Anh N'guyen

Petite entorse à ma volonté de parler d’artistes proches, très proches, on s’envole pour les Pays-Bas cette semaine, jusqu’au studio Seven Seas Tattoos où l’on retrouve la tatoueuse Kim-Anh N’guyen. Avec l’Europe, les bus et le covoiturage (et pas les avions qui détruisent notre écologie plz) on ose, et les Pays-Bas c’est déjà un peu la porte à côté !
Et c’est sans regret que je déroge à mes propres règles, puisque Kim-Anh est une artiste dont je tenais à vous parler, dont le style, au croisement du néo-traditionnel et de l’americana, parle à mon coeur de tatouée !

Lire la suite

Portrait : Capitaine Plum’, une pépite de talent

© Capitaine Plum

Ca fait bien longtemps que j’ai envie de vous parler de Capitaine Plum’. Aux premières heures de ce blog déjà, je la mentionnais, parce que je savais : il était inévitable que je la porte aux nues un jour ou l’autre tellement ses pièces et son travail parlent à mon petit coeur de tatouée.
Ce n’est pas par la technique ou les effets de style que la jeune femme emportera votre coeur, mais pour son coup de crayon, son originalité et ses tatouages reconnaissables entre mille.

Lire la suite

Portrait : Guillaume Smash, des éclats de couleurs

© Guillaume Smash

En mauvaise blogueuse que je suis, c’est la veille au soir que je me suis mise à chercher un·e artiste pour le portrait de la semaine. Non pas que je n’ai pas des listes de tatoueur·se·s cool dans la manche, mais ce n’était pas d’elleux dont j’avais envie de parler cette fois-ci.
Heureusement, un appel à l’aide sur Twitter plus tard, Super Pauline d’Un Invincible Été (allez checker son blog, c’est plein d’air frais et de bienveillance) m’a orienté vers l’Imaginarium, un studio du sud de la France et j’ai tout de suite su que c’était ce que j’attendais !

[TW] Pour les myrmécophobes / entemophobes : un des tatouages de cet article est une fourmi imposante (silhouette noire) – pour ceux sans phobie, ledit tatouage est joli n’ayez pas peur.

Lire la suite

Do or Don’t : Un dauphin au creux de tes reins?

Lea DeLaria 01

Dans le tatouage, comme en tout, il y a des modes. Que l’on peut, si on veut éviter les gros mots qui tachent et fâchent, appeler tendances. C’est humain, ça a toujours fonctionné ainsi : les idées circulent, séduisent, on est influencé qu’on le sache ou non, que l’on ne l’accepte ou non. Les tatoueurs et tatoueuses eux-même, dans leurs pratiques et leurs choix techniques et artistiques, véhiculent des styles, motifs, techniques, qui sont plus ou moins populaires, plus ou moins élitistes, plus ou moins validés dans différents cercles sociaux.
Alors bien sur, la nature du tatouage et son aspect irréversible appelle à dépasser – autant que faire se peut – les simples tendances pour trouver ce qu’il nous plait réellement et qu’on sera prêt à porter toute notre vie.

Car l’idée de mode et de mainstream nous fait frémir et l’acte d’encrer sa peau reste perçu comme une décision radicale, unique, personnelle et artistique. A l’inverse des personnes qui osent choisir parmi une planche d’idéogrammes écrits avec les pieds, ou celles qui préfèrent un signe infini sur le poignet, un dauphin sur la cheville, et que l’on accuse de jeter l’opprobre sur l’ensemble de la pratique du tatouage, en la rendant anecdotique et superficielle.

Mais est-ce si simple que ça (indice : non), est-ce qu’on peut arbitrairement trancher entre les tatoué·e·s de bon goût et les autres? Sur quoi reposent nos critères et nos jugements?

Lire la suite